Pourquoi il ne faut pas mentir aux futures mères? (Partie 2/2)

Tout d’abord, si tu n’as pas lu la première partie, je t’invite à t’y rendre tout de suite. Tu comprendras mieux le reste.

mon-petit-chou-photography-hMebrpmG8iU-unsplash

Mais si tu l’as lu, alors merci d’être encore là et d’apprécier le sujet autant que moi. Comme dit en première partie, nous allons traiter maintenant de la partie accouchement et post accouchement. Parce que là encore, on ne nous dit pas tout.

Parce que oui tu auras mal, très mal même. Une douleur comme on ne peut en ressentir qu’à ce moment précis. Mais cette douleur, on ne te la décrit pas vraiment avant ce jour. Alors bien sûr, tu auras beaucoup de moyens pour t’y « préparer ». Notamment avec les fameux cours de préparation à l’accouchement. Mais là encore, je trouve qu’on ne nous en dit pas suffisamment. Et que l’on ne nous prépare pas assez à tenir tête à un corps médical surchargé qui nous impose leurs décisions entre deux contractions. Voilà comment je me suis retrouvée avec la péridurale, après plus de 7 heures de contractions et de souffrance, alors que j’avais répété maintes et maintes fois que je n’en voulais pas.

Puis après l’accouchement, viendra l’heure de la première tétée (si tu as décidé d’allaiter bien sûr). Encore une fois, les récits des femmes de mon entourage ayant allaité étaient bien loin du compte. On m’avait certes prévenu que ça faisait mal, mais pas à ce point. Pas au point que je pleure à chaque tétée tellement mes mamelons étaient abimés et peinaient à cicatriser. Heureusement, j’ai découvert les coupelles d’allaitement qui m’ont vraiment aidé à poursuivre dans cette voie (voir mon article sur ma première expérience avec l’allaitement pour plus de détails).

Et puis il y a toutes ces autres choses qu’on t’a si gentiment caché :

  • les hémorroïdes, fréquentes après les poussées
  • les points qui se rappelleront à toi chaque fois que t’iras faire pipi
  • la montée de lait ou comment tes seins ressembleront à des obus aussi durs que du béton
  • la fatigue, oui encore, parce qu’inutile d’espérer dormir après ton accouchement (et même pendant les 20 prochaines années d’ailleurs)
  • la constipation (encoooore) mais tout devrait vite rentrer dans l’ordre
  • les tranchées (non rien à voir avec la guerre mondiale), ces fameuses contractions post accouchement qui permettent à ton utérus de gentiment reprendre sa place (ah tu pensais que c’était fini niveau contractions toi? Et bah NON)
  • le retour à la maison, parfois déstabilisant surtout si il s’agit de ta première expérience
  • les nuits qui n’en seront plus vraiment. Tu auras même du mal à différencier jour et nuit
  • tes cheveux auxquels tu pourras dire adieu puisqu’ils tomberont à la pelle. Fini chevelure de rêve
  • les fuites urinaires, très fréquentes, dues à ton périnée qui a sacrément morflé (un conseil, ne zappe pas les séances de rééducation !)

Bref, tu l’auras bien compris, être enceinte et accoucher, ce n’est pas qu’une partie de plaisir. Et même si cette longue liste ne nous empêchera pas de réitérer l’expérience (l’humanité t’en remercie), cela pourrait nous éviter bien des surprises. Parce que se préparer au mieux pourrait, selon une étude, éviter le fameux BABY BLUES!

Et promis, après ce n’est que du BONHEUR. Quoique…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s